Generic selectors
Les correspondances exactes seulement
Search in title
Search in content
Accueil » Nouvelles » La profession de sage‐femme…

La profession de sage‐femme renaît au Manitoba

Par Gwendolyn Kydd
Office régional de la santé de Winnipeg
Publié le lundi 3 mai 2021

Après une existence d'au moins quelques millénaires avant la Renaissance, voilà que depuis quelques années, la profession de sage-femme connaît, ironiquement, toute une renaissance au Manitoba.

Bien qu'on ne sache trop quand la première sage-femme a fait son apparition dans l'antiquité, nous savons que cette profession était déjà reconnue dans l'Égypte ancienne.

Ici au Manitoba, la profession de sage-femme a connu un déclin durant une période où la technologie médicale s'est faite de plus en plus accessible au début du 20e siècle. Les femmes ont alors commencé à consulter davantage les médecins et les hôpitaux pour leurs soins liés à la grossesse et à l'accouchement. Cette tendance a ensuite commencé à s'inverser dans les années 1980 et 1990, lorsque les femmes ont recommencé à s'adresser aux sages-femmes pour obtenir ces soins.

En 1997, une déclaration du gouvernement du Manitoba faisait de la profession de sage-femme un service de santé indépendant et réglementé. La Loi sur les sages-femmes, adoptée par la suite en l'an 2000, définissait la sage-femme comme une prestataire de soins de santé primaires dans un domaine et un champ d'exercice précis. La Loi dotait également la profession d'un organisme officiel de réglementation, l'Ordre des sages-femmes du Manitoba. Toutes les sages-femmes doivent être membres de l'Ordre pour exercer leur profession.

À l'occasion de la Journée internationale de la sage-femme, célébrée le 5 mai dans le monde entier, jetons un coup d'œil à l'état actuel de la profession de sage-femme au Manitoba, ainsi qu'à ce que l'avenir leur réserve.

À ne pas confondre avec la doula, une personne qui accompagne et soutient une femme enceinte pendant et après l'accouchement, la sage-femme manitobaine est une professionnelle dûment formée pour offrir des soins durant la grossesse, pendant le travail et l'accouchement et après l'accouchement. Elle a reçu une formation lui permettant de déceler les problèmes ou les complications possibles, et d'intervenir d'urgence jusqu'à ce qu'elle puisse disposer d'une aide supplémentaire.

En outre, la sage-femme offre aux personnes en âge de procréer des services éducatifs, des conseils et du soutien. Elle aide chaque femme et sa famille à déterminer leurs besoins propres sur le plan physique, social et affectif, en leur prodiguant des soins tout au long de la grossesse jusqu'à environ six semaines après la naissance du bébé. Ces soins comprennent un soutien à l'allaitement et des services éducatifs aux tout nouveaux parents.

La sage-femme est une excellente option pour les femmes à la recherche de soins axés sur la personne et qui favorisent une relation plus collaborative que ce qu'elles retrouveraient dans d'autres contextes. Les sages-femmes sont fières de pouvoir offrir un grand éventail de renseignements, d'options et de mesures de rechange quant aux analyses de laboratoire, aux examens diagnostiques et aux lieux de naissance. Elles respecteront vos choix. Les commentaires des bénéficiaires révèlent que celles-ci se sentent souvent plus autonomes quand elles font appel au service d'une sage-femme pour le suivi de leur grossesse et les soins post-partum.

En d'autres termes, les femmes ont souvent le sentiment que, sous la supervision d'une sage-femme, la grossesse n'est pas « quelque chose qui leur arrive », mais « quelque chose qu'elles vivent ». Elles se sentent plus à l'aise d'exprimer leurs préoccupations et de faire des choix dans un milieu favorable au respect de leur corps et de leur vie.

Selon l'Ordre des sages-femmes du Manitoba, plus de 40 sages-femmes exercent actuellement dans la province. Ce nombre devrait augmenter une fois que l'Université du Manitoba aura lancé, en septembre, son nouveau programme de baccalauréat menant à l'exercice de la profession de sage-femme. Le lancement de ce nouveau programme, d'une durée de quatre ans, constitue une grande avancée pour le Manitoba, car les femmes ne seront plus tenues de se rendre aux universités de Calgary, Sudbury, Hamilton ou Toronto pour obtenir un diplôme de sage-femme.

Malgré ce récent regain de vie au Manitoba, certains mythes tiennent bon concernant la profession de sage-femme, notamment qu'il ne s'agit pas vraiment d'une profession médicale proprement dite. C'est pourtant le cas.

La sage-femme ne vient pas remplacer quelque chose dans le réseau de la santé; elle en fait intégralement partie en collaborant avec les médecins, le personnel infirmier, les travailleurs sociaux et les autres professionnels de la sphère médicale, en vue d'offrir les meilleurs soins possible aux femmes dont elles s'occupent.

Ces dernières ne sont plus en marge du réseau non plus. Le choix de recourir aux services d'une sage-femme ne fait pas de vous une sorte de rebelle du « nouvel âge » ni une contestataire. Plus de 80 % des bébés naissent avec l'aide d'une sage-femme dans le monde, et l'an dernier au Manitoba, les sages-femmes ont prodigué des soins pour environ 1 800 grossesses.

La sage-femme s'efforce de se rendre accessible aux personnes de tous les milieux et dans toutes les situations. L'équité et l'accès sont des objectifs au cœur de leurs activités professionnelles.

En fait, ce qui distinguera le plus votre interaction avec votre sage-femme, par rapport à la démarche conventionnelle, sera peut-être l'endroit où vous choisirez d'accoucher. Si vous vivez une grossesse à faible risque, vous pourrez choisir entre l'hôpital, votre domicile ou le centre de naissance de la Women's Health Clinic, au 603, chemin St. Mary.

La profession de sage-femme fait partie de la vie des familles et des cultures du monde entier depuis d'innombrables générations. Si vous pensez que c'est un choix qui vaut la peine d'être envisagé, vous trouverez de plus amples renseignements à www.midwives.mb.ca, https://wrha.mb.ca/fr/soins-de-sage-femme/ ou whcbirthcentre.com/midwifery.

Madame Gwendolyn Kydd dirige le service de sage-femme de l'Office régional de la santé de Winnipeg.

La sage-femme . . .

  • croit que la grossesse et l'accouchement font partie de la santé générale des femmes. La sage-femme s'attend à ce que l'accouchement se déroule sans problème, mais ses compétences font en sorte qu'elle saura quoi faire en cas de complications ou de difficultés.
  • reconnaît que la grossesse et l'accouchement touchent profondément la femme et sa famille. La sage-femme sait que les changements qui surviennent en cours de grossesse touchent la femme autant sur le plan affectif, spirituel et social que sur le plan physique.
  • apprend à vous connaître. Ce sont les mêmes sages-femmes qui vous suivront tout au long de votre grossesse. Vous pouvez vous attendre à ce qu'une sage-femme que vous connaissez soit à vos côtés tout au long du travail et de votre accouchement.
  • répond à vos questions et discute avec vous de ce qui vous préoccupe. Elle vous renseignera sur les meilleurs aliments pour la santé, l'alimentation de votre nourrisson et les divers choix qui s'offrent à vous pour le soulagement de la douleur pendant le travail, ainsi que sur d'autres sujets.
  • peut être à vos côtés là où vous souhaitez donner naissance à votre bébé. La sage-femme peut vous accompagner à l'hôpital, dans un centre de naissance ou à votre domicile. Si vous avez besoin de soins supplémentaires, la sage-femme peut vous mettre en contact avec un médecin, une infirmière de santé publique ou tout autre prestataire de soins.
  • est dûment formée et a de l'expérience. Dans le monde entier, les sages-femmes s'en sortent très bien en matière de sécurité et offrent des soins d'excellente qualité aux mères et aux bébés.

Source : Ordre des sages-femmes du Manitoba

Partagez cette page

Ce que vous devez savoir au sujet du coronavirus (COVID-19)